16 mai 2015

Marche contre Monsanto et pour la souveraineté alimentaire le sam 23 Mai à Rennes

Bretagne sans OGM ?
Est-ce concevable qu’une entreprise s’enrichisse en privatisant la nature ? A-t-on réellement le droit de faire du profit aux dépends de la santé mondiale ? Peut-on sincèrement laisser des substances cancérigènes envahir les rayons des supermarchés sans en avertir le consommateur ?
La réponse vous appartient mais votre avis, Monsanto n’en a absolument rien à faire. Aujourd’hui présente dans une cinquantaine de pays, rien ne sert d’aller très loin pour trouver une trace de la multinationale américaine. En Bretagne, première région de production porcine de France, il suffit de jeter un œil à l’alimentation des cochons : un cocktail maïs OGM + soja OGM dégoulinants de produits phytosanitaires… Vous reprendrez bien un peu de saucisson ? Il en va de même pour les filières ovine, volaillère, bovine.

Une marche, des marches qui peuvent changer la voie au Burkina
Depuis la fin d’année 2014, la donne a peut être changée. En effet, si les plans et la puissance de Monsanto paraissaient il y a peu imparables au Burkina Faso, le 30 octobre, la société civile comme le peuple se sont levés et restent debout. Le 23 mai de cette année, à l’appel du Collectif Citoyen pour l’Agro-Ecologie regroupant organisations et individus de la société civile burkinabè, une Marche contre Monsanto et pour la Souveraineté Alimentaire aura lieu à Ouagadougou. Elle s’inscrira dans une journée mondiale de résistance aux OGM qui impliquera plus de 50 pays. 4 marches sont annoncées en Bretagne, Brest, Carhaix, Nantes et Rennes qui annonce une connexion avec la marche ouagalaise. Dans l’Hexagone, des marches s’organisent dans plus de 20 villes. Le 23 mai prochain, Rennes et Ouagadougou seront liées dans la lutte contre le dictat de Monsanto et dans l’espoir de voir s’imposer une agriculture paysanne, souveraine et écologique, ici comme là-bas.

[top]